AU DELÀ DE L’ENQUÊTE…

Chronique parue aujourd’hui samedi 20 février 2021 dans la page Idées & Débats de La République des Pyrénées/ Cronica parescuda uei dissabte 20 de heurèr 2021 en la pagina Idées & Débats de La République des Pyrénées.

Les faits-divers sont devenus une passion française. Les articles, les émissions, les séries, les livres qui leur sont consacrés, sont légion. Même Le Monde s’y est mis. Il ne se passe pas un seul jour sans que la disparition inquiétante d’une jeune femme ne soit médiatisée. Le voyeurisme y côtoie trop souvent l’effroi qu’ils produisent. « L’Inconnu de la poste » (1), le dernier livre de Florence Aubenas montre combien le crime atroce d’une postière est l’occasion de nous ouvrir les portes d’une contrée que la majorité des observateurs ignorent quand ils n’assènent pas tous les poncifs désignant « la province » et ses habitants. Le fait-divers est en premier lieu un « pays », le Haut-Bugey et sa « Plastic Vallée », à quelques kilomètres de la Suisse, dans le bourg de Montréal-la-Cluse qui caresse le lac de Mantua (comme la sauce…) et les Alpes. On dira que l’endroit est d’une effrayante banalité, et on se trompera.

Le calme avant la tempête. Le drame advient au matin du 19 décembre 2008 dans la minuscule poste du bourg. Catherine Burgod y est tuée à coups de couteau. Elle est enceinte. L’affaire fait horreur et retentit au-delà des frontières du Bugey. La « section de recherches » de Lyon entreprend ses investigations. Accourent presse régionale et nationale. L’enquête s’enlise vite. Aubenas écrit : « l’air est saturé de rumeurs ». Gérald Thomassin qui zone dans le coin en fait les frais. Enfant maltraité de la Ddass, il est César du meilleur espoir pour « Le Petit criminel » de Jacques Doillon. L’alcool, la dope le tiennent au corps ; un nomade qui jamais ne s’arrête, même s’il fait une halte, ici ou là, comme à Montréal-la-Cluse… Aubenas tente d’élucider le mystère Thomassin, disparu, comme dans un mauvais rêve, alors qu’il vient d’être innocenté.

Son livre n’est en rien un roman policier, la fiction n’y a pas sa part. « L’inconnu de la poste » est la narration précise, inlassablement renouvelée, remaniée, par l’incroyable l’enquête qu’elle a menée pendant dix ans. La toute puissance du livre est là ; elle ne vous lâchera pas.

1. éd. de l’Olivier, 19 €.

Un commentaire sur “AU DELÀ DE L’ENQUÊTE…

  1. Merci du conseil de lecture.A mon tour je te recommande Humeur noire d’Anne-Marie Garat.A lèu PS. Céline Piot me demande des infos sur le POC dans les Landes, comme si je savais… Tu les connais, toi ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s