Oh, je voudrais bien que tu te souviennes…

Chronique parue samedi 20 mars 2021 dans la page Idées & Débats du quotidien La République des Pyrénées //

Cronica parescuda lo dissabte 20 de mars 2021 en la pagina Idées et Débats deu diari La République des Pyrénées.

Je ne sais pas avoir entendu une saillie aussi stupide d’un membre du gouvernement. Le Ministre de la Justice, interpellé lors des questions écrites, par Marc Lefur, lui a répondu : « Monsieur le député breton Marc Le Fur, vous savez comme moi d’où vient le mot baragouiner, bara, le pain et gouiner, le vin, en breton. Alors moi, je n’ai pas le goût de l’effort inutile ! » Hélas, la pratique chez nos gouvernants est ancienne, très ancienne. L’histoire nous montre, en effet, que les « méridionaux » comme on les appelle encore, ont toujours fait l’objet de termes méprisants voire injurieux distillés par les élites monarchiques, impériales et républicaines. Jusqu’à nos jours !

Nous l’avions sans doute oublié : leurs locuteurs jeunes et vieux sont les fils indignes de la République, une et indivisible. J’y pense maintenant : Jean-Luc Mélenchon avait déclaré, à Brest, pendant la campagne des présidentielles de 2017, que la langue française était la « langue de la liberté », de l’émancipation. Il essentialisait la « langue » en lui attribuant « une nature intrinsèque », supérieure à toutes les autres. Ils sont nombreux, à droite comme à gauche, à penser cette imbécilité dogmatique.

Pour eux, ces langues sont de pauvres sabirs, des patois sans intérêt, inutiles, à jeter aux poubelles de l’histoire. Décidément, l’ignorance reste, quoiqu’on fasse, la mère de toutes les abominations langagières. Heureusement, les Sénateurs ont voté majoritairement la loi sur les langues régionales contre l’avis de Jean-Michel Blanquer. Elle sera débattue le 8 avril prochain à l’Assemblée Nationale.

P.S. L’hiver n’a pas dit son dernier mot. Le virus, non plus. Hier et aujourd’hui, les trains bondés déversent « a noste » (2) ceux qui fuient — nos chers privilégiés… — Paris et son confinement. Espérons que le Covid et ses variants ne les suivent pas de près…

1. Serge Gainsbourg, « La Chanson de Prévert ».

2. Chez nous.

<p class="has-drop-cap" style="line-height:1.5" value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="10" max-font-size="72" height="80">

Un commentaire sur “Oh, je voudrais bien que tu te souviennes…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s