PRINTEMPS

Chronique parue ce jour, samedi 27 février 2021 dans la page Idées & Débats de La République des Pyrénées/Cronica pareguda uei, dissabte 27 de heurèr 2021 en la pagina Idées & Débats de La République des Pyrénées.

Les cerisiers sont en fleur. Le vent d’Espagne y souffle sa vigueur coutumière. Il est doux et joyeux comme la « prima » (1) qu’il charrie. On se met à penser qu’elle s’est installée en Béarn pour y demeurer. N’oublions pas, notre climat est versatile. Qu’importe !, profitons des retrouvailles avec le soleil et célébrons ces jours précieux où la vie nous semble plus légère.

« De bueus en vacas » (2), j’apprends ce jour qu’on pourra m’administrer le fameux vaccin au mois d’avril prochain. En revanche, en ce qui concerne ma très vieille mère, c’est une autre paire de manches. J’ai tenté de l’inscrire sur Doctolib des centres de vaccination palois. Une véritable quête du Graal ! Je n’y suis pas arrivé. En effet, le nombre d’inscrits y dépasse allègrement le millier d’inscriptions. D’ailleurs, on nous en informe, et on nous demande de prendre notre mal en patience…

Est-ce la pénurie de vaccins ? Le manque de personnels habilités pour vacciner ? Une logistique défaillante ? Je ne saurais vous dire. J’ai beau lire la presse écrite, écouter la radio, regarder (parfois) les chaînes de télévision en continu où élus, scientifiques et commentateurs de tout poil s’expriment, se contredisent voire s’engueulent. Je reste dubitatif.

Je m’en suis ouvert à un de mes amis, cadre hospitalier. Celui-ci m’a suggéré de solliciter le médecin traitant de ma mère pour qu’il puisse la vacciner. Le pourra-t-elle ? Rien n’est moins sûr. Son âge très avancé semble lui interdire la vaccination qui est désormais consacrée aux personnels de santé et individus ayant entre 50 et 65 ans, atteints de comorbidités.

Que faire ? « Wait and see ! », diront certains. D’autres conseilleront d’interpeller le maire de la commune concernée, le conseiller départemental, le conseiller régional — les élections approchent ! —, le préfet, les autorités sanitaires…  « Lo bon Diu », peut-être ? Heureusement que le temps est au beau, il ne manquerait plus qu’il pleuve : une dépression est si vite arrivée.

1. Le printemps

2. Du coq à l’âne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s