BALLONS

Chronique parue ce jour, samedi 19 juin 2021 dans la page Idées et Débats du quotidien La République des Pyrénées // Cronica pareguda uei, dissabte 19 de junh 2021 en la pagina Idées et débats deu diairi La République des Pyrénées.

Soudain, comme un intrus, un ballon est entré dans notre maison. J’avais oublié. Je sais, j’ai des trous de mémoire. Pourtant, j’essaie de les combler. Je la sollicite, l’interpelle, la somme de répondre à mes questions pressantes. Elle n’en fait qu’à sa tête. J’ai fini par m’en méfier. Il m’arrive même de l’engueuler. À quoi bon, chassez le naturel…

Le ballon a roulé lentement jusqu’à mes pieds, poussé par un jeune footballeur qu’il m’a semblé reconnaître. Lorsque j’ai voulu m’en saisir, comme je le faisais naguère quand j’étais gardien du temple, il a disparu. J’avais donc rêvé des temps anciens où je jouais au foot. J’ai repensé à l’appel du rugby auquel j’ai fini par céder. Tous mes semblables au lycée m’y encourageaient. J’ai adopté la « veishiga » (1) et lui suis resté fidèle. Enfin, celui pratiqué il y a un demi-siècle avec des condisciples qui sont devenus parfois des amis. Depuis lors, il est devenu une nostalgie. Le petit paradis de la jeunesse.

Notre aîné n’a pas ses préventions. L’autre soir, il regardait France- Allemagne. J’entendais, depuis mon réduit, les échos bruyants de la bataille. La chaleur était à ses derniers sursauts quand j’ai compris que les Français avaient marqué. Je me suis dit, en essayant de lire « Un homme qui tombe » de Don Delillo (le grand écrivain étasunien), que j’allais rapidement être trempé dans l’encre bleue qui est désormais la couleur de tout ce qui s’achète et se vend. C’est ainsi, je n’y peux rien, je n’aime pas cette déferlante sportive commercialisée à outrance. L’Euro, comme ils l’appellent — ne serait-ce pas le nom de notre monnaie ? — a le talent de m’hérisser le poil. Pourtant, je crains fort qu’il me faille supporter la compétition jusqu’au bout. Bien sûr, il me serait agréable de fuir sur une île du Pacifique où les échos lointains des matchs viendraient sans doute à s’épuiser. Je sais, c’est illusoire. Je n’ai pas l’âme d’un Robinson, et Vendredi pourrait être, le hasard fait bien les choses, un supporteur du P.S.G. Vous voyez d’ici le tableau ?

1. Vessie – ballon de rugby.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s